Les passeurs du Lomont

Après la signature de l’Armistice en juin 1940 (convention de collaboration du gouvernement français avec l’Allemagne nazie), la Résistance s’organise.

La zone frontalière

De nombreuses personnes ont eu besoin de quitter le territoire national (décrété « zone réservée » ou « interdite ») pour échapper à divers types de poursuites de la part de l’occupant :
• Résistants recherchés par la Milice
• Militaires français et étrangers évadés qui voulaient rejoindre Londres
• Scientifiques et personnalités
• Familles juives

Cette zone frontalière du Lomont présente l’avantage d’avoir une topologie qui permette des passages plus sûrs.

Les réseaux

De nombreux Réseaux clandestins de renseignements (Kléber-Bruno ; réseau Belge) font transiter par le Lomont, documents et personnes, par l’intermédiaire d’Henri Schachetti (le Corbeau) et de Philippe Allemann (l’Homme aux Serpents).

Les passeurs

Beaucoup de familles des villages ou fermes du Lomont ont aidé à cet exode clandestin (ravitaillement, hébergement et passages).

passeurs-lomont-carte
Ryser-borne-455

Ernest RYSER était fromager à Chamesol.
Pour chauffer sa cuve, il était autorisé à se rendre régulièrement dans le bois des Étabons pour couper le bois nécessaire. De là, il était aisé de rejoindre discrètement la Combe Semont et les bornes 452 et 455.
Il a participé au passage en Suisse de 200 à 300 personnes, dont le physicien Paul LANGEVIN.
D’origine Suisse-allemande, Ernest RYSER glane des renseignements par l’intermédiaire des officiers Allemands cantonnés à St-Hippolyte, et qui venaient se servir à la fromagerie.

G-Lachat

 

Du côté de Montjoie le Château, c’est Arsène MOËSCH et Gabriel LACHAT qui ont assuré le passage de nombre de personnes et documents de renseignements.

Ils ont contribué avec l’équipe des frères MARTELET (de la ferme de La Brochette) à la mise en sécurité de la physicienne Irène JOLIOT-CURIE et de ses enfants.

Boite-aux-lettres-Moesch-Marchandvillard

 

Arsène MOËSCH était en outre chargé d’acheminer du « courrier » par sa cache de Marchandvillard.
C’est sans le savoir qu’il a transmis les compte-rendus des sabotages de l’usine Peugeot, évitant ainsi un deuxième bombardement meurtrier sur Sochaux.

 

Jean et Roger MARTELET ont, quant à eux, assuré une cinquantaine de passages et caché durant 3 mois l’avocate Montbéliardaise Simone LÉVY et sa famille (refoulée à la suite d’un premier passage assuré par Gabriel Lachat).

Sur Pierrefontaine-les-Blamont, Jacques MATHIOT est un passeur régulier de personnes. C’est lui qui finalement assurera le passage en Suisse de Mme LÉVY.

a-la-borne-455

Passages à la borne 455

21_05_15-2

La Borne 452

Laisser un message

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s